Parce qu'être maman écureuil c'est pas évident tous les jours, parce qu'être maman tout court c'est pas évident tous les jours, parce que celles qui ne sont pas mamans ne peuvent que faire semblant de comprendre, j'avais envie d'en parler, de façon objective, pas de la façon dont les magazines en parlent, de ce que je ressens vraiment. Certaines ne comprendrons pas, je le sais, mais j'espère que les autres se sentiront moins seules.

Il y a les mamans qui osent en parler (mais qui se heurtent au jugement de celles qui jugent leurs propos immoraux) et celles qui n'osent pas en parler de peur de se heurter à des psychorigides qui leur jetteront à la figure qu'être maman c'est le plus beau cadeau du monde !

Oui je confirme, être maman c'est une évolution personnelle magnifiquement enrichissante et sentimentalement bouleversante, mais être maman c'est dur, une fois la porte de la maison fermée, une fois les amis et la famille partie, quand son chère petit amour est fatigué, que nous sommes fatiguées, que se passe t-il ? Comment réagissons nous, cela nous est propre. Parce que chaque mère que nous sommes a un passé différent, une éducation différente, et surtout une façon de réagir différente.

Quelle solution allons-nous adopter pour sortir du conflit mère-enfant ? Quelle culpabilité allons-nous porter suite à cette réaction ? (que celle-ci soit bénigne ou non, même un hurlement est parfois source de culpabilité.)

Ce sujet est un sujet présent au quotidien, pour chaque mère, et pourtant si tabou.
Cela n'est vraiment pas facile d'arriver à dire haut et fort que des fois on laisse place à la colère, pour des comportements qui n'en valent pas la peine de peur d'être traitée de marâtre, ou bien au contraire de rester paralysée face à un comportement qui mériterait punition ou tout du moins remontrance, de peur d'être traitée de mère laxiste.

Une maman est confrontée à différents types de situations au cours de la journée :

Quand son enfant est sage mais qu'il la sollicite : "maman pourquoi ? maman tu joues à la pâte à modeler ? maman j'arrive pas à habiller ma poupée... maman tu me lis une histoire ? maman j'ai fait pipi, maman je veux faire la cuisine avec toi, ... etc. Que de bons moments à partager avec son enfants surtout les moments de complicité. Mais même si ce sont des moments de plaisir ils sont éreintants. (d'ailleurs à ce sujet je vous conseille de lui lire "le bain de madame trompette", votre enfants prendra conscience de certaines choses ;) )

Quand son enfant ne l'est pas et qui comme tout enfant teste sa mère adorée, alors là les gens bien pensants ont souvent cette réaction qu'ils estiment anodine "mais pourquoi tu t'ennerves, elle est adorable, laisse là, tu as de la chance d'avoir une petite fille si gentille..."
Oui ma fille est un amour, il n'empêche qu'elle a son caractère et qu'il faut qu'elle me respecte autant que je la respecte au quotidien, autant dans un supermarché que chez des amis ou à la maison, je ne lâche rien, je me bats pour qu'elle apprenne à ne pas dépasser les limites, parce que je veux qu'elle soit bien élevée et droite. Et cette lutte là nous prend énormément d'énergie également.

Tous ces moments combinés constituent une journée avec une proportion variable selon chaque enfant, rassurez-vous, je ne vais pas non plus noircir le tableau, l'enfant peut ne pas être énergivore, oui des fois... quand il dort !!! ;)

Le plus dur dans tout cela, c'est que nous ne sommes pas que mères dans la vie, mais aussi femmes, épouses et pour certaines salariées. Nous avons plusieurs vies à combiner, plusieurs vies souvent aussi fatigantes que celle de mère. 
Alors n'ayons pas honte de dire quand ça ne va pas, quand nous perdons le fil, quand nous avons des trous de mémoire, des excès de colère, des moments de doute, voire de tristesse.

Ce n'est pas parce que des milliers de femmes sont mères depuis la nuit des temps que c'est une promenade de santé, j'ai envie de dire cela ne va pas de soi, ce n'est pas parce qu'on devient mère qu'on va savoir être mère. Ne culpabilisez pas. Le plus important dans toute cette histoire de la vie est d'être heureuse et épanouie, le bonheur de votre enfant en dépend.
Et pour celles qui ont la chance d'avoir un binôme, un mari, une mère, une meilleure amie, un parrain ou une marraine pour leur enfant, n'hésitez pas à déléguer, ce n'est pas être une mauvaise mère, c'est juste passer le relais pour quelques heures... 

Je dédie cet article à ma Grand mère "mamy liliane" qui a élevé 5 enfants dans les années 60-70, avec un mari qui travaillait énormément, tout en continuant à leur tricoter leurs habits et à leur cuisiner de bons petits plats, le tout en occupant une activité professionnelle. Je t'admire mamie.

DSC01256 (2)